Fandom

UPR Wiki

Faut-il avoir peur de sortir de l'€ ?

35pages on
this wiki
Add New Page
Comment1 Share
Affiche Faut-il avoir peur de sortir de l'Euro - 5

Pourquoi ? Parce que les tenants du système, les partisans de l'euro, voyant la catastrophe en cours dans la zone euro, voyant monter un peu partout les revendications des peuples, à commencer par le peuple français, qui se demande s’il ne devrait pas en sortir, ont aussitôt allumé des contre-feu pour expliquer que ce serait une catastrophe absolue si la France devait sortir de la zone euro.

Conférence de François Asselineau du 21/12/2012

Les promesses de l'euro et la réalité Edit

L'euro n’est pas sorti de rien. L'euro a été proposé aux Français en même temps que le traité de Maastricht, ratifié en 1992, qui a conduit les Français a accepté une monnaie unique européenne. Les Français l’ont fait sur la foi d’un certain nombre de promesses extraordinaires sur ce qu’allait nous apporter cette monnaie unique. Les européistes détestent toujours qu’on revienne sur les promesses qui ont été faites. C’est important de revenir sur ce qui a été dit il y a 10 ou 15 ans, car cela permet de dire aujourd’hui qui avait tort et qui avait raison.

1997 Edit

En 1997, dans le journal Le Monde du 29 octobre, il y a eu un appel, solennel, de 35 « hautes personnalités françaises », pour appeler les français à accepter l'euro - ils l’avaient déjà acceptés en 1992 par la ratification du traité de Maastricht. Les années 1990 avaient été marquées par une montée du chômage, notamment dans le cadre de la politique du franc fort, requise pour respecter les critères dits de convergence, afin que la France puisse entrer dans une monnaie unique avec l’Allemagne.

« L'euro, une chance pour la France, une chance pour l'europe ! »

Appel de 35 « hautes personnalités françaises », journal Le Monde du 28 octobre 1997

« L'euro apportera […] une gestion saine des finances publiques. Coordonnée à l’échelle européenne, elle favorisera la croissance au sein d’un grand marché homogène, facilitera la modernisation des impôts et des taux d’intérêts bas. Elle bénéficiera aux investisseurs, aux consommateurs et aux entrepreneurs qui pourront ainsi développer la recherche, l’activité et l’emploi. [Ce sera] une monnaie reconnue qui concurrencera le dollar et le yen. […] L'euro assurera à l’Union européenne une position centrale le concert international. […] Dans une Europe unifiée par l’économie et la monnaie […] se forgera une Europe plus harmonieuse et plus démocratique.

Tous ces attraits de l'euro sont encore trop mal connus des populations européennes. […] Des voix s’élèvent encore de temps à autre pour inciter au doute et au rejet. Serons-nous prêts à temps ? Une telle union sera t-elle durable ? L'euro n’est-il pas un facteur de chômage ? Tous ces efforts ont-ils un sens ?

Ces interrogations sont surtout la manifestation d’un manque de confiance en nous-même et en notre capacité à faire face aux défis du monde d’aujourd’hui. L'europe ne retrouvera la voie de la prospérité et du plein emploi que par la mobilisation des énergies et le respect commun des règles de bon sens (saine gestion économique, maîtrise des budgets...). Les efforts consentis hier et aujourd’hui en ce sens feront demain la force de l’Union européenne et assureront durablement notre prospérité ainsi que notre rayonnement dans un monde de plus en plus indépendant. L'euro sera l’un des piliers d’une cohésion nouvelle. C’est un acte de confiance dans l’avenir, un facteur d’espérance et d’optimisme, qui permettra à l'europe de mieux affirmer sa destinée et d’entrer de plain-pied dans un XXIème siècle fondé sur la paix et la liberté. »

Vous savez que la dette publique n’a jamais été aussi importante qu’en 2011, que jamais on a vu les perspectives du plein emploi plus éloignées qu’en 2011. Nous perdons actuellement 800 à 1000 emplois par jour ouvrable. L’avenir n’a jamais paru aussi noir que 14 ans après ces prophéties. En matière de paix, l'europe a crée un embryon d’armée européenne, qui intervient en ce moment en Afghanistan. En matière de liberté, vous savez que la liberté et la démocratie sont actuellement très largement menacées en France, il faut regarder les choses en face. 55% des Français ont voté non à la Constitution européenne en 2005 et ce vote a été piétiné, puisque le Traité de Lisbonne a été ratifié quelques années après et reprend le même texte que la Constitution européenne.

Qui étaient ces 35 personnalités qui nous ont ainsi trompées ?

Thierry de MONTBRIAL
  • Diplômé de Polytechnique (1963) et de l’École des Mines (1966) ancien ingénieur du corps des mines.
  • Docteur en économie de l’Université Berkley (Californie, États-Unis).
  • Ancien directeur du Centre d’analyse de l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI) qui publie le rapport annuel RAMSES (Rapport Annuel Mondial sur le Système Économique et les stratégies)
  • Membre du Comité directeur des conférences de Biderberg depuis 1976
  • Membre de droit du Conseil du Centre d’études prospectives et d’Informations Internationales (CEPII)
  • Membre du comité de rédaction de la revue Foreign Policy
  • Fondateur des « World Policy Conferences »
  • Élu en 1992 à l’Académie des sciences morales et politiques au fauteuil de Louis Joxe. Président de l’Académie en 2001


Thierry de Montbrial est donc une personnalité française qui fait parti d’un très grand nombre de cénacles. Dès qu’il est question de relations internationales, on se tourne vers lui. Il a notamment crée l’IFRI, qui est un lobby, un think tank.

B Thierry de MONTBRIAL

Thierry de MONTBRIAL

Les Mécènes et les financiers de l’IFRI sont l’ambassade des États-Unis, l’American Chamber of Commerce in France (la chambre de commerce américaine en France), le département d’État Américain, c’est à dire le ministère des affaires étrangères des États-Unis, la fondation Clarence Westbury, qui gère des fonds qui viennent probablement de la CIA, et la French American Foundation France (fondation franco-américaine, crée par John Negro-Ponté , membre éminent de la CIA, et qui a pour vocation, notamment, de sélectionner chaque année 4 à 5 "Young Leaders", c’est à dire des personnalités en France, que les médias se chargeront de mettre sur le devant de la scène afin que les Français pensent que ce seront les hommes et les femmes d’avenirs).
Thierry de Montbrial, qui faisait parti de ces personnalités qui avaient appelé les Français à ne pas avoir peur de l'euro, est ainsi à la tête d’un organisme qui est financé massivement par les États-Unis d’Amérique !
C IFRI

IFRI

Jacques ATTALI Source : Wikipedia

Apôtre de la constitution de l’établissement d’un gouvernement mondial. Il pense que l’économie régulée par une institution mondiale peur être une solution à la crise financière.

Cette institution financière est une première étape vers l’instauration d’un gouvernement mondial dont l’Union européenne est une illustration.

D Jacques ATTALI

Jacques ATTALI

Christian de BOISSIEU
  • universitaire et économiste,
  • président du Conseil d’analyse économique (CAE) depuis 2003,
  • intervenant très régulièrement dans les médias,
  • membres de la « Commission pour la libération de la croissance française » dite « Commission Attali »,
  • visiting scholar aux universités de Harvard (1974) et Northwestern (1974),
  • visiting Scholar à l’université du Minesota (1978),
  • lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques, économiste de l’année du Nouvel économiste (monnaie, finance, 1994).
E Christian de BOISSIEU

Christian de BOISSIEU

1998 Edit

Il y avait en 1998 d’autres personnalités, dont Mme Nicole Fontaine, vice-présidente du parlement européen à l’époque. Elle n’est absolument pas économiste, et avait dit :

« La mise en commun d’une prérogative aussi régalienne que l’antique pouvoir de battre monnaie n’était pas facile à accepter pour les États toujours jaloux de prérogatives irréelles à l’heure de la mondialisation. […] En acceptant l'euro, les différents États se lieront par un pacte de solidarité qui mettra un terme à ces velléités anachroniques ».

Nicole Fontaine, Vice Présidente du Parlement européen, dans Libération, 8 janvier 1998.

Cette personne, qui n’a aucune compétence en matière monétaire et économique, était entrain d’expliquer aux Français que, disposer d’une monnaie nationale était en fait une velléité anachronique complètement dépassée.
F Nicole Fontaine

Nicole Fontaine

2000 Edit

En 2000 ce sont des documents officiels de l’État qui nous annoncent que l'euro va nous apporter plus de croissance, plus de richesse et le plein emploi. Voici ce qui était écrit, dans le magazine Label France n°40 de juillet 2000, et éditer par le ministère français des affaires étrangères. C’était la promesse de M. Yves-Thibault de Silguy, ancien Commissaire européen (1995-1999) chargé de l'euro :

« Les avantages de l'euro sont essentiellement économiques : plus de croissance et plus de compétitivité pour les entreprises[1]. L'euro est facteur de croissance européenne[2]. En éradiquant les variations de change et en permettant une comparaison aisée des prix, l'euro contribue à décloisonner le marché intérieur. Un grand marché sans risque de change améliore la situation des entreprises. Les consommateurs sont, enfin, les bénéficiaires de la monnaie unique[3].

L'euro a été lancé le jour où les États ont acquis la certitude que les finances publiques seraient gérées de manière rigoureuse par tous[4]. A cette fin, a été adopté [en] juin 1997, un « pacte de responsabilité et de croissance » [qui permettra d’]assurer le retour à l’équilibre des finances publiques, au plus tard en 2002[5]. Marché intérieur, Europe monétaire, Union économique : l’économie européenne se donne progressivement les moyens de son intégration dans la globalisation mondiale. Pour le plus grand bien des Européens d’ailleurs, puisque croissance et emploi doivent en résulter et prodiguer un niveau supérieur de richesse et de prospérité[6]. »

(texte publié dans le magazine Label France n°40 de juillet 2000 édité par le ministre français des affaires étrangères).

Mr Yves-Thibault de Silguy

Mr Yves-Thibault de Silguy avait fait une déclaration extraordinaire dans le journal Le Monde du 22 janvier 1999 :

« L'euro est une autoroute sans sortie. »

Une autoroute sans sortie est un cauchemar. C’est ce cauchemar là que les européistes voudraient continuer à vous faire croire. Ils nous ont mis dans une situation catastrophiques et ils veulent vous faire croire que nous sommes sur une autoroute sans sortie et que nous devons continuer à foncer vers la catastrophe.

Quels sont les enseignements à tirer de ce qui précède Edit

Les responsables politiques et administratifs qui ont imposé aux Français la mise en œuvre d’une monnaie unique européenne :

  1. en ont systématiquement caché les objectifs politiques essentiels[7],
  2. ont tous promis des avantages extraordinaires, en utilisant un discours pseudo-techniques[8],
  3. ont culpabilisé et intimidé ceux qui contestaient le bien-fondé d’une monnaie unique, sans jamais entrer dans le débat de fond[9]
  4. ont expliqué qu’une fois adopté, l'euro serait un choix irréversible[10].

La mise en garde de Milton Friedman, Prix Nobel d’économie Edit

Attention. Même à l’époque, toutes ces promesses faites aux Français par des responsables européistes jouant les experts n’étaient pas du tout partagées par des économistes de profession. Par exemple la mise en garde de Milton Friedman, prix Nobel d’économie en 1976, personnage controversé et fondateur du monétarisme ; il avait fait une mise en garde solennelle le 7 janvier 2002, dans le journal allemand Die Welt :

Milton Friedman

« Le succès de l'euro est encore incertain en raison des rigidités et des désaccords politiques qui existent parmi les douze membres de l’Union monétaire[11]. Après la disparition des taux de change comme mécanisme d’adaptation, la question est : qu’est-ce qui va le remplacer[12] ? Ce qui doit la remplacer c’est de la flexibilité. Ce qu’il faut ce sont des salaires flexibles, des prix flexibles et beaucoup de concurrence et de mobilité. Dans ces conditions, l'euro pourrait être un succès.

Mais quand on observe le degré actuel de d’inflexibilité parmi les douze États-membres, il est tout à fait normal que, étant données les conditions actuelles, l’on obtienne une augmentation des dissensions politiques plutôt qu’une diminution[13].

Mon analyse économique montre qu’il est très douteux que l'euro soit un jour un succès. La Banque centrale européenne est responsable de douze États et il est presque impossible de les satisfaire tous. »

Milton Friedman

Prix Nobel d’économie et père de la théorie monétariste, Die Welt 7 janvier 2002

Ce qui est le plus extraordinaire Edit

  1. le bilan catastrophique de l'euro 12 ans après sa mise en place officielle[14] (9 ans après l’introduction des pièces et des billets) n’a provoqué AUCUNE EXCUSE NI AUTOCRITIQUE de la part de ses partisans,
  2. ce sont les mêmes qui se sont tellement trompés et qui ont tellement trompé les Français qui restent aux commandes, et qui nous disent ce qu’il faut faire maintenant,
  3. la France et les autres pays d'europe s’enfoncent dans une crise de plus en plus grave et personne ne reconnaît officiellement qie les choix stratégiques du départ sont mauvais[15],
  4. du coup, les Français sentent bien que ça ne va plus. Mais ils ne savent plus quoi penser[16] et peuvent même se laisser convaincre par la propagande qui explique que, « sans l'euro ce serait pire »
L Que nous dit maintenant la propagande européiste ?

Que nous dit maintenant la propagande européiste ? Edit

Faire éclater la zone euro, ce serait le chaos (magazine Courrier International)

Sortir de l'euro, le rapport qui fait peur (Le Point, 23 juillet 2010)

Ces prophéties apocalyptiques ont déjà été utilisées, et très largement utilisées dans un pays de l’Union européenne, que les Français ne connaissent pas très bien, la Suède.

L’exemple suédois Edit

N1 avant la ratification du traité de Maastricht, la Suède n’avait pas demandé de clause d’exemption de l’euro
Avant la ratification du traité de Maastricht, la Suède n’avait pas demandé de clause d’exemption de l'euro.
Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a ratifié le traité de Maastricht avec une clause d’exemption sur la monnaie unique.

Le premier de ces États est le Royaume-Uni, qui a ratifié le traité avec une clause d’exemption de la monnaie unique. Dans le droit international des traités, le droit de réserve accorde à tout État membre la possibilité de s’opposer à la clause d’exemption. La France aurait donc pu s’y opposer, mais elle ne l’a pas fait. C’était la France de François Mitterrand, président de la république, et de Roland Dumas, ministre des affaires étrangères, l’un et l’autre étant les co-signataires du traité de Maastricht. Il était politiquement important que la France puisse s’opposer à ce que les Britanniques ratifient Maastricht sans ratifier la monnaie unique.
Danemark
Suite au Non des Danois au premier référendum sur le traité de Maastricht, le Danemark n’a ratifié ce traité qu’avec une clause d’exemption sur la monnaie unique.

L’autre exemple est le Danemark. Dans un premier temps le gouvernement Danois avait signé le traité de Maastricht sans réserve. Puis il a procédé à un référendum du peuple Danois. Ceux-ci ont voté non à une petite majorité et ont rejeté le traité de Maastricht. Du coup, le gouvernement de Copenhague a renégocié le traité en imposant un certain nombre de réserves, en se soustrayant à un certain nombre d’obligation, notamment la monnaie unique. La aussi cela a été accepté par les autres pays de l’Union européenne, suite à de nombreux pourparlers, et notamment la déclaration d’Édimbourg qui s’est tenu fin 1992.

Tous les autres États membres de l’Union européenne ont ratifié le traité de Maastricht avec l’obligation d’adopter la monnaie unique européenne. La seule possibilité pour la France de sortir de la monnaie unique est maintenant de sortir de l’Union européenne.
Suède
La Suède a ratifié le traité de Maastricht en acceptant la monnaie unique mais en obtenant que son adoption soit reportée à un référendum ultérieur.

La Suède a ratifié le traité de Maastricht sans réserve en acceptant la monnaie unique mais en obtenant que son adoption soit reportée à un référendum ultérieur. Mais, comme le gouvernement de Stockholm savait qu’une forte proportion de Suédois était hostile à l’adoption d’une monnaie unique, il a pris une décision un peu bizarre en décidant qu’il ne rejoindrait pas la monnaie unique tout de suite et qu’il soumettrait au référendum du peuple Suédois l’adoption de cette monnaie. C’était un calcul politicien. Les élites avaient ratifié le traité avec la monnaie unique et elles espéraient que, lorsque l’ensemble des pays membres de la zone euro adopterait l'euro sous la forme de pièces et de monnaies, cela susciterait un tel enthousiasme que les Suédois serait conquis et voteraient oui au référendum.

Les choses ne se sont pas passées comme ça.
O Un référendum plus difficile que prévu

Göran Persson

Un référendum plus difficile que prévu Edit

La monnaie unique européenne est apparue dans le portefeuille des Français, des Allemands, des Espagnols, des Italiens le 1er janvier 2002. Tout au long de cette année 2002 les Suédois ont vu cette monnaie unique mais cela ne les a pas fait changé d’avis. La commission européenne faisait pression sur le gouvernement suédois pour organiser ce fameux référendum.

  • Après avoir hésité pendant onze mois, le gouvernement suédois décida le 30 novembre 2002 de tenir le référendum pour ou contre l’adoption de l'euro le 14 septembre 2003.
  • Cela lui laissa neuf mois et demi pour convaincre la population.
  • Lorsque le Premier ministre Göran Persson prit cette décision, le dernier sondage publié donnait 43 % d’intentions de vote pour le Oui, 43 % pour le Non et 14 % d’indécis. Le jeu était devenu très ouvert.

Un raz-de-marré de propagande pour le Oui Edit

La propagande pour le Oui a submergé le peuple Suédois pendant neuf mois et demi et a emprunté un certain nombre de phases qu’il est intéressant d’examiner. Les Suédois ont été victime d’une propagande qui est à peu près la même que celle dont les Français ont été aussi victime, en 1992 pour le traité de Maastricht, et en 2005 pour la Constitution européenne.

Phase 1 : Une débauche de moyens étatiques, politiques, médiatiques et financiers en faveur du Oui Edit

P1 Un raz-de-marré de propagande pour le Oui

Göran Persson

P Un raz-de-marré de propagande pour le Oui

Anna Lindh

Dans la phase 1 il y a eu une débauche de moyens, politiques, médiatiques et financiers en faveur du Oui. Le Premier ministre social-démocrate, Mr Göran Persson, a utilisé tous les moyens de l’État pour promouvoir le Ja, c’est à dire le Oui au référendum. Dans une démocratie normalement constituée le chef du gouvernement ne peut disposer de l’argent public pour une question de cette nature d’une façon aussi unilatérale, puisque l’argent public est payé par tous les contribuables, y compris les partisans du Non. Donc dans une démocratie on devrait veiller à ce que le Oui et le Non soient équitablement réparti à la fois d’un point de vue financier et d’un point de vue médiatique. Cela n’a pas été le cas. Le 1er ministre et tout le gouvernement ont fait campagne ouvertement pour le Oui. Mme Anna Lindh qui était ministre des affaires étrangères du gouvernement suédois, femme assez photogénique, âgée de 41 ans, a eu son portrait sur tous les abris bus à travers le Royaume de Suède, pour appeler à voter Oui ? On estime que le camp du Oui bénéficia de moyens financiers au moins 6 fois plus importants que ceux dont bénéficia le camp du Non. Ni les États-Unis, ni l’Union européenne, ni l’OTAN, ni l’OSCE, ni aucune organisation des Droits de l’Homme[17] ne s’émut d’un déséquilibre aussi révoltant, dans un pays membre de l’Union européenne.

Phase 2 : la menace de l’apocalypse en cas de victoire du Non Edit

Q la menace de l'apocalypse en cas de victoire du Non

Göran Persson

Cette mobilisation générale n’a pas fait bouger les sondages en faveur du Oui. On est passé à la phase 2 : la menace de l’Apocalypse en cas de victoire du Non. Le Premier ministre martela jour après jour que, si les Suédois votaient Non :
  • la Suède serait isolée, marginalisée, méprisée, ruinée,
  • les entreprises aux abois fuiraient le pays,
  • les investisseurs étrangers, révulsés, s’en détourneraient,
  • les PIB s’effondrerait et la couronne suédoise avec,
  • le chômage exploserait,
  • bref ce serait la fin de la Suède : l’Apocalypse.

C’est actuellement le coup qu’on est entrain de faire aux Français.

Le peuple Suédois étant un peuple libre, avec une grande tradition de libertés historiques, et qui est un peuple posé, réfléchi, comme le sont les peuples Scandinaves, ne s’est pas laissé impressionné , et les sondages ont montré que le non continuait de grimper. La Suède se portait plutôt pas mal au point de vue économique, alors que la zone euro commençait à s’effondrer et à enregistrer de très mauvais résultats. Les Suédois étant des gens pragmatiques avait quand même le calme des vieilles troupes.

Phase 3 : une orchestration de l’épouvante menée conjointement par le patronat et les dirigeants syndicaux Edit

R3 L´hebdomadaire Affärs Väriden
On est passé alors dans une phase 3 : une orchestration de l’épouvante menée conjointement par le patronat et les dirigeants syndicaux.
R2 Degens Nyheter

L’hebdomadaire Affärs Väriden avertit ses lecteurs[18] que 92 des 100 chefs d’entreprises cotées à la Bourse de Stockholm souhaitaient voir leur pays adopter l'euro. Sur les 100, seulement 3 voulaient garder la couronne suédoise et 5 se déclaraient indécis[19].

R1 LO

Dans une tribune publiée dans le quotidien Degens Nyheter[20], les dirigeants de LO, 1ère confédération syndicale du pays avec 2 millions d’adhérents[21], et ceux de Svenkt Näringsliv, le MEDEF suédois, lancèrent un vibrant appel conjoint pour voter Oui en menaçant de l’effondrement de la couronne suédoise :

« Un Oui signifie une plus grande sécurité pour les salariés. Aujourd’hui la couronne peut chuter face à l'euro et ce sont les salariés qui payent avec la hausse des prix des biens importés. »

Phase 4 : le chantage public à l’emploi Edit

Le Non continuait à caracoler en tête dans les sondages. On est passé ainsi à la phase 4 : le chantage public à l’emploi.

S1 le chantage public à l'emploi

Carl Henric Svanerg

S2 le chantage public à l'emploi

Anna Lindh

Dans le quotidien Dagens Nyheter du 26 août 2003, Carl Henric Svanerg, directeur général de l’équipementier en télécommunication Ericsson[22] (la plus grande entreprise industrielle de Suède), cosigna une « tribune libre » avec la porte-parole du Oui, la ministre des Affaires étrangères Anna Lindh, pour mettre solennellement en garde les électeurs.

Ce très grand patron affirma que les grands groupes industriels suédois, à commencer par le sien, quitteraient probablement la Suède en cas de victoire du Non : «  On ne pourrait alors empêcher les sociétés suédoises et internationales d’envisager un déplacement de leur production hors de Suède, ce qui serait rationnel dans ce type de situation ».

Montrant lui-même l’exemple de cette « rationalité », M. Svanberg sema l’affolement en assurant qu’Ericsson serait trop pénalisé par rapport au finlandais Nokia (situé en zone euro) si les Suédois rejetaient la monnaie unique et qu’il serait donc contraint de supprimer près de 15 000 emplois[23] en cas de victoire du Non.

Phase 5 : les clins d’œil aux extrémistes de droite et de gauche Edit

Les clins d’œil aux extrémismes de droite et de gauche

Göran Persson

On est passé alors à la phase 5 : les clins d’oeil aux extrémismes de droite et de gauche.

15 jours après l’appel conjoint Svanberg-Lindh, le 9 septembre 2003, devant une foule réunie sur une grande place de Stockholm, le chef du gouvernement développa une thématique opposée, en vociférant :

« Je crains le super-État qui s’écrit 'multinationales', le super-État qui s’écrit 'Capital sans frontière'[24], le super-État qui s’écrit 'spéculation sur les monnaies des petits pays'[25]. Nous ne pouvons pas, seuls, faire contrepoids au Capital International et nous ne pourront jamais nous protéger contre les spéculations de ce Capital multinational avec une petite monnaie[26] ! ».

Phase 6 : la psychiatrisation des opposants Edit

Ça n’a toujours pas suffit : les suédois restaient de marbre. Et les sondages donnaient imperturbablement 56 à 57 % de Non. Alors on est passé à la phase 6 : la « psychiatrisation » des opposants.
V la psychiatrisation des opposants
Un certain Montgomery, « psychiatre spécialisé dans les processus de décision », expliqua sur les radios que certains Suédois se réfugiaient dans le Non « pour protester contre l’obligation qui leur était faite de voter[27] » (Dépêche Agence France Presse du 2 septembre 2003).

En somme, de nombreux Suédois allaient voter Non pour s’indigner qu’on leur fasse perdre leur temps à aller voter à quelque chose qu’ils approuvaient. Conclusion logique, leur Non était en réalité... un Oui !

Le même « psychologue spécialisé » expliqua que « la question de l'euro est une question si difficile qu’il est presque impossible pour les gens de fonder leur décision sur des faits ». En bref, trop compliqué pour qu’on laisse le peuple décider.

Du coup, il affirma que le référendum « ne concernera pas des faits, mais des instincts[28] ».

La « sociologue » Christin Johansson, autre « spécialiste » catapultée sur les plateaux de télévision deux semaines avant le référendum (citée par la même dépêche AFP du 2 septembre 2003), y développa, bien sûr sous couvert « d’expertise », la même analyse la question de l'euro était vraiment trop compliquée pour demander au peuple son avis.

EN FRANCE AUSSI Edit

En France nous avons connu aussi la même chose :

Mme Élisabeth Badinter expliquait déjà, quelque jours avant le référendum de 1992, que « le traité de Maastricht fait la quasi-unanimité de l’ensemble de la classe politique. Les hommes politiques que nous avons élus sont tout de même mieux avertis que le commun des mortels. Pour une fois qu’on leur fasse confiance ! » (magazine Vu de Gauche, septembre 1992).

Pire encore, en 2008, commentant la ratification du traité de Lisbonne par le Congrès qui bafouait le rejet de la Constitution européenne par 55 % des Français, le chef d’entreprise et député UMP Serge Dassault a expliqué que « de toute façon, les Français ne comprennent rien, on n’aurait pas dû faire un référendum en 2005. Ils ne peuvent pas comprendre, c’est trop compliqué ». (France Info, 4 février 2008).

Nous avons donc une évolution générale sur l’ensemble du continent européen qui sont donc exactement des évolutions dictatoriales, qui considèrent que le suffrage universel n’a plus lieu d’être sur les grands choix stratégiques de ces pays.

Malgré toute cette propagande le Non était toujours à 57 % dans les sondages.

Phase 7 : l’exploitation indécente d’un incroyable assassinat Edit

On est passé à la phase 7 : l’exploitation indécente d’un incroyable assassinat.

X l´exploitation indécente d'un incroyable assassinat

Anna Lindh

P Un raz-de-marré de propagande pour le Oui

Anna Lindh

Mme Anna Lindh, l’égérie du Oui, fut poignardée à mort par un inconnu dans une galerie commerciale de Stockholm, le 10 septembre 2003. Elle décéda quelques heures après, le 11 septembre, c’est-à-dire moins de 72 heures avant l’ouverture des bureaux de vote prévue le 14 au matin.

Y l´exploitation indécente d'un incroyable assassinat
Z l´exploitation indécente d'un incroyable assassinat

Contrairement à tous les usages journalistiques, toutes les télévisions et tous les journaux diffusèrent massivement les photos de la mourante sur son brancard, dans la galerie. L’assassin fût arrêté quelques heures après. Il s’appelait Mijailovic, c’était un Serbe, et c’était un psychopathe qui venait d’être libéré quelques jours auparavant d’un asile psychiatrique. Le profil exact de Lee Harvey Oswald, ou à peu près.

Il s’agit d’un assassinat extrêmement mystérieux, dont on ne sait pas exactement s’il avait ou non des commanditaires. Selon la version officielle c’est un acte isolé.

L’organisation d’un deuil à grand spectacle 48 heures avant le référendum Edit

Quoiqu’il en soit, ce qui fait froid dans le dos, c’est la réaction du Premier ministre suédois, M. Göran Persson, qui décida sur-le-champ une riposte en trois temps :

  1. proclamer un deuil national ;
  2. maintenir le scrutin à la date prévue, c’est à dire trois jours après ;
  3. mais interdire toute campagne électorale jusqu’au vote, par respect pour la défunte
A1 L´organisation d'un deuil à grand spectacle 48 heures avant le référendum
A2 L´organisation d'un deuil à grand spectacle 48 heures avant le référendum
B L´organisation d´un deuil à grand spectacle 48 heures avant le référendum

Un sondage miracle donne le Oui gagnant quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote Edit

Le résultat est que tous les partisans du Non se virent couper l’accès aux médias, pendant les 72 dernières heures, alors que tous les journaux, toutes les télévisions et toutes les radios ont commencé à orchestrer un deuil à grand spectacle, 48 heures avant le référendum. La grande égérie du Oui venait d’être assassinée en laissant une petite fille orpheline. On vit défiler à la radio, à la télévision, dans tous les médias, des témoignages de gens qui étaient bouleversés. L’ensemble du pays fût couvert de chapelles ardentes où les Suédois étaient appelés à rendre hommage, à cette égérie du Oui, à cette chef de la campagne du Oui lâchement assassinée. Les portraits étaient entourés de fleurs, de crêpes noires pour montrer que l’ensemble du pays était en deuil.

Dans une démocratie normale, face à un événement de cette nature, la dignité même de la démocratie aurait voulu que le chef du gouvernement annulât les élections, qu’il les reportât d’au moins trois mois, pour laisser

au moins à l’émotion populaire le temps de se calmer. Mais maintenir dans ces conditions un scrutin ayant une importance stratégique, définitive pour le Royaume de Suède, au moins pour les décennies à venir, où l’émotion était chauffée à blanc d’un point de vue émotionnel, était un pur scandale.
C0 Un sondage miracle donne le Oui gagnant quelques heures avant l´ouverture des bureaux de vote
C1 Un sondage miracle donne le Oui gagnant quelques heures avant l´ouverture des bureaux de vote
Scandale qui s’est d’ailleurs confirmé puisqu’un sondage miracle a donné le Oui gagnant quelques heures avant l’ouverture des bureaux de vote. Un sondage qui a été fait par l’institut américain Gallup avec 43 % des intentions de vote pour le Oui contre 42 % de Non. C’était la première fois depuis 9 mois.

Ce résultat revenait à affirmer qu’en l’espace de quelques heures, le Oui avait bondi de 35 % à 43 % (+8 points) au vu des images télévisées du brancard, tandis que le Non s’était effondré de 50 % à 42 %.

A partir de ce moment là, pendant 48 heures on a vu défiler à la radio et à la télévision suédoise tous les analystes politiques qui ont expliqué que le Oui allait l’emporter. Et on a fait pleurer évidemment toute la Suède.

Miracle supplémentaire, ce sondage, qui témoignait de l’admirable réactivité de ses commanditaires, était le dernier à pouvoir être légalement publié avant le scrutin.

On a eu à faire à une manipulation d’État gigantesque et honteuse. Mais cela n’a pas suffit pour infléchir l’opinion du peuple suédois.

Un peuple libre : le rejet cinglant de l'euro par 57 % des Suédois Edit

D un peuple libre le rejet cinglant de l´euro par 57 pc des Suédois

Le 14 septembre 2003, les Suédois votèrent Non à 56,1 %, avec une écrasante participation de 81,2 %. Le Oui ne recueillit que 41,8 %.

Les votes blancs et nuls, que le code électoral suédois comptabilise dans les suffrages exprimés, s’élevèrent à 2,1 %.

Le Non a ainsi remporté 57,3 % des suffrages et le Oui 42,7 % selon le mode de calcul électoral français.

E1 La poignante absence de moyens financiers des partisans du Non
E2 La poignante absence de moyens financiers des partisans du Non

La poignante absence de moyens financiers des partisans du Non, qui n’en rendait que plus indécente la débauche de moyens financiers et médiatiques du camp du Oui, ne les empêcha finalement pas de triompher.

Il est important de comprendre pourquoi.

D’abord la poignante absence de moyens financiers des partisans du Non, qui n’en rendait que plus indécente la débauche de moyen financiers et médiatiques du camp du Oui, ne les empêcha finalement pas de triompher.

Les opposants à la dictature européenne rencontrèrent un écho profond dans la société suédoise.

Un peuple mûr et réfléchi Edit

F Un peuple mûr et réfléchi

Les sondages post-électoraux révélèrent que les Suédois ont massivement rejeté la monnaie unique, après mûre réflexion[29], pour les 4 principales raisons suivantes :

  1. l’absence de démocratie des prises de décision de la Banque centrale européenne[30],
  2. les mauvais résultats déjà enregistrés par la croissance de la zone euro,
  3. la crainte que les Suédois ne se voient ensuite imposer une politique économique, sociale, monétaire et fiscale dont ils ne voudraient pas[31],
  4. plus généralement, la volonté des Suédois de préserver leur souveraineté nationale

Avec le recul du temps, on s’aperçoit que le peuple a plus de bon sens que leurs élites, et que le peuple Suédois a fait un vote de façon parfaitement mûre et réfléchie.

Le refus haineux du suffrage universel par les européistes Edit

La conséquence immédiate fût le refus du suffrage universel par les européistes.

G1 Le refus haineux du suffrage universel par les européistes

Romano Prodi, Président de la Commission européenne : « la Suède qui produit s’est battue pour l'euro ; mais elle a échouée à cause de la crainte de la nouveauté dans l’opinion ».

G2 Le refus haineux du suffrage universel par les européistes

Göran Persson annonça que son gouvernement allait redoubler d’efforts... pour que la Suède entre dans l'euro !

G3 Le refus haineux du suffrage universel par les européistes

Ana Palacion ministre des affaires étrangères espagnole : « c’est une mauvaise nouvelle pour l'europe et une mauvaise nouvelle pour la Suède ».

Dans une démocratie, normalement, quand un gouvernement reçoit une telle gifle, après s’être tellement investi en faveur du Oui, le premier ministre aurait dû aussitôt présenter sa démission, et on aurait dû convoquer des élections générales.

Not Fascism when we do it

« CE N'EST PAS DU FASCISME QUAND C'EST NOUS QUI AGISSONS AINSI ».

On vit fleurir à cette occasion des affiches, faites par des Suédois, copiant les affiches des année trente, « It’s not Fascism when we do it », ce n’est pas du fascisme quand c’est nous qui agissons comme ça. Il n’y a pas d’exagération. C’est la même chose qui s’est passé en France lorsque les Français ont voté Non à 55 % à la Constitution européenne, et que les dirigeants français ont expliqué le soir même qu’il allait falloir faire revoter les Français, jusqu’à ce qu’ils votent Oui.

I Après le refus de l’euro mais où est donc passée l´Apocalypse annoncée

Après le refus de l'euro : mais où est donc passée l’Apocalypse annoncée ? Edit

  • Tous les responsables politiques européistes,
  • 92 % des grands patrons,
  • tous les dirigeants syndicaux,
  • tous les commentateurs,
  • tous les économistes,
  • tous les « experts »,
  • et tous les psychologues
  • avaient garanti aux Suédois que le refus de l'euro produiraient une Apocalypse monétaire, économique et sociale dont la Suède ne se relèverait pas.

Tous les autres dirigeants européens avaient approuvé ces prophéties terrifiantes.

La moindre des choses serait quand même de vérifier si cette Apocalypse a bien eu lieu. Or, depuis 8 ans, la grande presse européenne est devenue quasiment muette sur la situation de la Suède.

Taux de croissance économique comparés du produit National Brut (GDP) de la Suède, de la France et de la zone euro (1999 – 2011)

Nous allons voir sur un tableau le taux de croissance économique comparée du Produit National Brut (GDP) de la Suède, de la France et de la zone euro pour la période 1999-2011.

C’est une bonne mesure de l’évolution de la croissance, et donc de la richesse ; et vous savez que c’est corrélé au nombre d’emploi.
J Taux de croissance économique comparés du produit National Brut (GDP) de la Suède, de la France et de la zone euro (1999 – 2011)

Le 1er janvier 1999 l'euro remplace les monnaies nationales sur les marchés financiers et les marchés interbancaires dans les pays ayant adopté la monnaie unique. La Suède en fait partie.

En 2000 la Suède va un peu baisser, alors que la France et l'euro vont un petit peu monter.

En 2001 il y a eu une petite crise économique - le dégonflement de la bulle internet - et l’ensemble des économies d'europe, Suède y compris, perdent de la croissance, avec une faible croissance en Suède (1%).

C’est à ce moment, au 1er janvier 2002, que la Suède confirme qu’elle reste dans sa monnaie, alors que l’ensemble des pays de la zone euro adopte la monnaie fiduciaire sous forme de pièces et de billets. C’est à partir de ce moment que les taux de croissance vont se différencier. La Suède va avoir un taux de croissance de 1,3% en 2001, 2,5% en 2002, alors qu’il s’était déjà effondré en France et dans la zone euro. C’est cette différence là qui explique pourquoi les Suédois n’ont pas été tenté de voter Oui au référendum.

Le référendum a eu lieu le 14 septembre 2003. Au cours des cinq années qui ont suivi le taux de croissance de la France et de la zone euro a été quasiment moitié moindre que celui de la Suède.

Est arrivé la grande crise de 2008, dont nous ne sommes d’ailleurs pas encore sorti. Toutes les économies du monde occidental, Suède, France et zone euro compris, ont chuté, pour s’effondrer en 2009, avec une très forte récession en Suède, dont le PIB a baissé de 5%, encore plus que dans la zone euro (- 4%), et en France (-3% ; mais la statistique française est encore sujette à évolution).

A partir de 2010, on repart dans l’autre sens, avec une très forte croissance de la Suède (+4,8%), tandis que la France et la zone euro stagnent aux alentours de 1%.

Les anticipations pour 2011 montrent un très fort taux de croissance en Suède (4%), alors que la France et la zone euro seraient aux alentours de 1,8%.

Cette évolution sur douze années montre des hauts et des bas pour tout le monde. Mais de façon statistique et générale le taux de croissance de la Suède a toujours été largement supérieur au taux de croissance de la France et de la zone euro.

On peut noter qu'actuellement la Suède connaît une très fort taux de croissance.

De New-York à Tokyo, en passant par Londres et Taïwan, toutes les agences financières spécialisées

soulignent la formidable récupération économique dont a fait preuve la Suède en 2010 : son taux de croissance a pulvérisé toutes les anticipations, obligeant le gouvernement de Stockholm à relever ses prévisions :
K De New-York à Tokyo, en passant par Londres et Taïwan, toutes les agences financières spécialisées soulignent la formidable récupération économique dont a fait preuve la Suède
à + 3,3 % au printemps,

puis à + 4,5 % à l’été,

puis à + 4,8 % à l’automne.

Sur les deux derniers trimestres de 2010, l’économie suédoise vient de connaître une croissance de type « asiatique », comprise entre + 6 et + 7 % de croissance en rythme annuel.

http://www.bloomberg.com/news/articles/2010-08-20/sweden-boosts-gdp-forecast-to-4-5-a-month-before-parliamentary-elections

http://www.marketwatch.com/story/sweden-raises-2010-growth-forecast-to-48-2010-10-12

http://www.taipeitimes.com/News/biz/archives/2010/08/22/2003480992

Au total, si on accumule l’ensemble des taux de croissance comparés du PNB de la Suède, de la France et de la zone euro sur les douze années écoulées, on s’aperçoit que la zone euro a vu son PNB s’accroître de 18%, la France de 20,8% et la Suède de 34,3%

Autrement dit le taux de croissance moyen de la Suède, depuis que l'euro a été introduit, et que la Suède a gardé sa monnaie nationale, a été en moyenne 85% supérieur au taux de croissance de la zone euro.
L Augmentation comparé du PIB de la Suède, de la France et de la zone euro sur les 12 années écoulées au 1er janvier 2002
Augmentation comparé du PIB de la Suède, de la France et de la zone euro sur les 12 années écoulées au 1er janvier 2002 : Suède : 33,45 %, France:20,8 %, zone euro:18,0 %

Le rejet de l'euro explique l’envolée de l’économie suédoise Edit

M Le rejet de l’euro explique l’envolée de l’économie suédoise

Le rejet de l'euro a redonné aux Suédois confiance en la Suède Edit

Ceci est un point important sur lequel on ne saurait trop insister. L'économie n’est pas une science. C’est une « science humaine », c’est à dire que ce n’est pas une science exacte, au contraire des Mathématiques. Une science exacte est une science qui, sur la base des mêmes prémisses, aboutit toujours aux mêmes résultats. La Physique et la Chimie sont aussi des sciences exactes.

Les sciences humaines sont des sciences qui ne sont pas exactes. Ce sont des sciences qui reposent sur la psychologie humaine, ou sur des interprétations : la psychologie, la psychanalyse, l’histoire, mais aussi l’économie. Ce sont des sciences dont on ne peut pas être sûr que les résultats soient connus à l'avance.

En particulier, l’économie est incapable d’émettre autre chose que des hypothèses très simplificatrices de la réalité et d’avancer des prévisions hasardeuses, presque jamais reproductibles, et très généralement démenties par les faits.

Car l’économie se heurte – et se heurtera toujours – à l’imprévisibilité d’un grand nombre d’événements et au poids essentiel de la psychologie humaine.

Ce facteur psychologique a été spécialement actif dans le cas de la Suède depuis 2003. En refusant de se plier à la dictature européenne, les Suédois ont fait un acte non seulement politique, mais aussi psychologique d’une importance capitale : ils ont réaffirmé l’inaliénabilité de leur liberté collective et leur confiance inébranlable dans la survie de leur nation. Ils ont eu le bonheur de constater qu’une majorité d’entre eux étaient bien décidés à ne pas laisser détruire la Suède.

Du coup, un formidable vent d’optimisme a traversé le pays, dont les conséquences macro-économiques se sont traduites par une excellente tenue de la consommation des ménages.

L’euphorie anti-euro a adopté les investissements des entreprises Edit

Cette très bonne tenue de la consommation des ménages a engendré à son tour un fort dynamisme des investissements on en effet été principalement motivés par la nécessité de répondre à la demande intérieure, sur un marché où les capacités de production étaient parfois utilisées à plus 90 % et donc au bord de la saturation.

Au lieu de s’effondrer, la couronne suédoise s’est légèrement appréciée vis-à-vis de l'euro. Edit

Q évolution du taux de change de l´euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK) sur l´ensemble de l´année 2003 (du 1er janvier au 31 décembre)
Évolution du taux de change de l'euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK) sur l’ensemble de l’année 2003 (du 1er janvier au 31 décembre)

1er janvier – 14 septembre 2003

Pendant la campagne référendaire, la couronne suédoise (SEK) a été un peu mise sous pression par les marchés financiers. L'euro est monté jusqu’à 9,36 SEK entre juillet et août, quelques semaines avant le référendum. Le taux de change moyen sur la période s’est établi autour de 1 € = 9,17 SEK

14 septembre 2003 : 57 % des Suédois rejettent l'euro par référendum

Pendant les neufs premiers mois, pendant la campagne référendaire, la couronne suédoise (SEK) a été un peu mise sous pression par les marchés financiers. L'euro est monté jusqu’à 9,38 SEK entre juillet et août, quelques semaines avant le référendum. Le taux de change moyen sur la période s’est établi autour de 1€ = 9,17 SEK.

Est intervenu le référendum du 14 septembre 2003. Après le rejet de l'euro, le taux de change moyen sur la fin de l’année 2003 s’établit à 1€=9,03 SEK, c’est à dire une légère appréciation sur 3 mois, et contrairement à ce qui avait été dit par les européistes avant le référendum. L'euro s’est déprécié, ce qui a permis à la Banque centrale suédoise de détendre les taux d’intérêts et de dynamiser l’économie suédoise.

Les prophéties apocalyptiques n’ont pas été confirmées.

D’après les spécialistes, cette légère appréciation de la couronne est due au fait qu’un certain nombre de spéculateurs avaient joué la couronne à la baisse, imaginant que les Suédois voteraient bien Non, et avaient vendu à terme de la couronne suédoise. Ces spéculateurs ont du dénouer en urgence leur position de vente à terme en rachetant de la couronne.

Les taux d’intérêt ont pu être gérés dans l’intérêt des Suédois Edit

Toutes ces pressions à l’appréciation de la couronne suédoise ont permis à la Banque centrale de Suède de mener une politique de taux d’intérêt plus faibles que celle de la BCE, et plus conformes aux besoins de l’économie suédoise, et cela sans déprécier outre-mesure la monnaie nationale.

Depuis le référendum de 2003 et jusqu’à la crise de 2008, le taux dénommé « REPO » (c’est-à-dire le taux de refinancement de la Riksbank, Banque centrale suédoise a ainsi été quasiment toujours inférieur d’au moins 0,5 points de base au taux directeur fixé par la Banque centrale européenne. Pour des taux variant entre 2 et 4 points, un tel différentiel est significatif et il a contribué à doper la croissance en Suède.

S La BCE agit ainsi comme un tailleur que l’on forcerait à produire un vêtement taille unique pour 16 personnes de taille et de corpulence très diverses.

Ce décalage de taux entre la couronne suédoise et l'euro fait bien ressortir l’un des problèmes structurels de la monnaie unique européenne : la BCE ne dispose par principe que d’une seule monnaie, et donc que d’un seul taux de refinancement, pour actuellement 17 économies différentes. Or, comme ces 17 économies ont des besoins extrêmement différents, la BCE est contrainte d’arbitrer constamment entre les inconvénients. Ce qui la conduit, derrière un écran de fumée techniciste, à prendre des décisions chèvre-chou de taux d’intérêts médians, une sorte de cote mal taillée entre les besoins opposés. La BCE agit ainsi comme un tailleur que l’on forcerait à produire un vêtement taille unique pour 16 personnes de taille et de corpulence très diverses.

Le système même de la monnaie unique européenne est un système qui nuit à toutes les économies qui sont dans la monnaie unique européenne.

Pourquoi ?

Un pays, comme c’était le cas de l’Irlande encore récemment, qui avait un fort taux de croissance, ne serait-ce parce qu’il recevait les fonds structurels dits « européens », en réalité payés principalement par les Allemands et les Français, l’Irlande, petit pays de 4 millions d’habitants, avait des tendances inflationnistes importantes. Normalement la Banque centrale d’Irlande aurait du monter ses taux d’intérêts, de façon à pouvoir «refroidir» les tendances inflationnistes.

En revanche, l’Italie ou la France qui étaient déjà au bord de la récession, avaient un taux d’intérêt trop élevé : il aurait fallu baisser les taux d’intérêt pour relancer la machine économique en France et en Italie.

Au lieu de quoi, on a un seul taux d’intérêt moyen pour tout le monde, et qui ne convient à personne.

L’Irlande a un taux d’intérêt trop bas par rapport à ses tendances inflationnistes : cela aggrave ses tendances inflationnistes. L’Italie ou la France ont un taux trop élevé par rapport à leur tendance à la récession : cela aggrave la tendance à la récession.

La croissance retrouvée a assaini les finances publiques Edit

La croissance explique pour une large part que le budget de l’État ait atteint un léger excédent en 2006 (de l’ordre de + 1,5 M d'€)

Les européistes affirment que ce résultat est dû aux coupes que la Suède aurait infligés à l’État, notamment une réduction très sensible du nombre de fonctionnaires. Mais si le nombre de fonctionnaires d’État est en effet passé de 390.000 en 1991 à 249.000 aujourd’hui, cette réduction n’est qu’un trompe l’œil : il y a eu transfert des personnels à quelque 300 « Agences administratives ». D’ailleurs, la Suède reste le premier pays du monde quant au niveau de ses prélèvements obligatoires.

En réalité, si des efforts de rationalisation des dépenses publiques ont en effet été entrepris, le retour à l’équilibre – et même à un léger excédent – du budget de l’État suédois s’exprime principalement par l’envolée des rentrées fiscales, notamment celles procurées par l’impôt sur les sociétés et par la TVA, considérablement plus élevées que prévu.

Confirmant les analyses de Keynes, c’est bien l’augmentation de la consommation et du pouvoir d’achat des ménages qui, en relançant l’économie, a accru encore plus fortement les rentrées fiscales selon l’effet dur du « multiplicateur keynésien ».

La Suède peut gérer son taux de change dans l’intérêt des Suédois Edit

U Évolution du taux change de l´euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SDK) du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009

Évolution du taux change de l'euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SDK) du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009

Ce graphique montre comment la Suède a surmonté la crise économique.

Du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009, le taux de change de l'euro est passé de 1 € = 9,5 SEK à 1 € = 11,59 SEK, soit une dépréciation de la couronne de -17 % (ou une appréciation de +21 % de l'euro).

Évolution du taux de change du dollar (USD) vis-à-vis de la couronne suédoise (SDK) du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009

Du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009, le taux de change du dollar est passé de 1 $ = 6 SEK à 1 $ = 9,2 SEK, soit une dépréciation de la couronne suédoise de -34 % (ou une appréciation de l’ordre de +53 % du dollar).

V Évolution du taux de change du dollar (USD) vis-à-vis de la couronne suédoise (SDK) du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009

Évolution du COMMERCE EXTÉRIEUR suédois du 1er janvier 2004 au 30 novembre 2010 en millions de couronnes suédoises (SEK) par mois

Les importations suédoises sont continuellement inférieures aux exportations, ce qui témoigne d’un taux de change externe de la couronne parfaitement adapté à la compétitivité de l’économie suédoise.

Grâce à la politique de change de la Banque centrale de Suède, qui a laissé se déprécier la couronne suédoise pendant une année, les exportations suédoises ont retrouvé don 2010 leur niveau record atteint début 2008 avant le début de la crise.
W Évolution du COMMERCE EXTERIEUR suédois
Évolution du commerce extérieur français du 1er janvier 2004 au 30 septembre 2010 en millions d'euros par mois – données CVS – sources : Douanes

Les importations françaises sont continuellement supérieures aux exportations sur la période, et de façon croissante. Cela témoigne d’un taux de change externe de l'euro totalement inadapté à la compétitivité de l’économie française.

L’absence de politique de change de la BCE, conjuguée à un euro structurellement trop cher pour la compétitivité française, plonge notre commerce extérieur dans un déficit chronique. Fin 2010, les exportations françaises sont encore inférieures de 10,5 % à leur niveau atteint début 2008.

Comparons ceci avec la situation de la France.

Y Comparaison de l´évolution du taux de change de l’euro par rapport au dollar et de l’évolution du commerce extérieur français

Comparaison de l’évolution du taux de change de l'euro par rapport au dollar et de l’évolution du commerce extérieur français du 1er janvier 2000 au 30 septembre 2010.

Nous avons ici, en rouge les importations, et en bleu les exportations.

Les importations françaises sont continuellement supérieures aux exportations sur la période, et de façon croissante. C’est très grave car cela témoigne d’un taux de change externe de l'euro totalement inadapté à la compétitivité de l’économie française.

Si le différentiel ne cesse de s’accroître c’est aussi du au fait que nous avons une perte d’emplois industriels, et donc une perte de marché de notre industrie.

La France n’ayant pas sa propre monnaie, n’ayant pas sa politique de change, n’ayant pas sa politique monétaire est donc obligé de subir l'euro dont le taux de change est trop élevé sur les marchés internationaux. Le résultat est que la crise est intervenue en France, et que nous nous en remettons très lentement : fin 2010 les exportations françaises sont encore inférieures de 10,5% au sommet qu’elles avaient atteintes en 2008.

Nous voyons donc bien ici la pénalisation que représente l'euro pour l’économie française.

Cela permet de comprendre le drame que vit en ce moment l’industrie française.

Voyons le graphique de l'évolution du taux de change de l'euro par rapport au dollar et de l’évolution du commerce extérieur français du 1er janvier 2000 au 30 septembre 2010. 1 € a été inférieur à 0,90 $ entre 2000 et 2002. 1 € valait environ 1 $ aux alentours de l’été 2002. Puis l'euro est monté pour atteindre des sommets à 1,65 $. Actuellement nous sommes dans des zones où l’€ vaut aux alentours de 1,35 $.

Au cours de la décennie 2000 - 2010, la seule période pendant laquelle le commerce extérieur français a été à l’équilibre correspond exactement, avec le délai habituel de répercussion d’environ 9 mois, à la période où le taux de change de l'euro a été inférieur ou égal à la parité 1 € = 1 dollar.

On s’aperçoit que, pendant toute la décennie 2000-2010, la seule période pendant laquelle le commerce extérieur français a été à l’équilibre correspond exactement, avec le délai habituel de répercussion d’environ 9 mois, à la période où le taux de change de l'euro a été inférieur ou égal à la parité 1 € = 1 $.

L'euro est environ 35 % à 40 % trop cher pour l’économie française.

Nous avons ici ce qui explique la destruction de l’économie française. Avec un taux de change inférieur ou égal à 1€ pour 1$, le commerce extérieur français est globalement équilibré, c’est à dire que l’industrie française est à peu près compétitive. Avec un taux de change d l'euro très supérieur - 1,20 - 1,30 - 1,40 $ - nos importations augmentent et nos industries fuient notre pays.

Rappel

Du 25 juillet 2008 au 4 mars 2009, les autorités suédoises ont justement laissé la couronne suédoise se déprécier de – 34 % par rapport au dollar.

Il n’y a pas que François Asselineau qui dit ça. il y a d’autres personnes qui le disent également. On ne porte pas suffisamment attention à ce que disent les grands patrons.
A Louis Gallois, président d´EADS, entretien dans le Figaro du 27 mars 2008

Louis Gallois

« Une baisse du dollar de 10 Cents fait perdre 1 milliard d'euros à Airbus.

L'euro à son niveau actuel est en train d’asphyxier une bonne partie de l’industrie européenne en laminant ses marges à l’exportation.

Si cela continue, l’industrie européenne fuira l'europe ».

Louis Gallois, président d’EADS, entretien dans le Figaro du 27 mars 2008

Cela a continué, et cela continue. Nous avons à faire à un véritable drame national qui se passe dans l’indifférence de nos élites, de nos responsables politiques, économiques et médiatiques qui refusent de comprendre que l'euro est entrain de détruire toute l’industrie française - d’autant plus qu’avec les procédures de mondialisation et de déréglementation (obstacles aux échanges de capitaux et de marchandises), c’est la porte ouverte aux délocalisations.

Biens sûr que si on laisse une monnaie se déprécier les importations deviennent plus cher. Ce n’est pas forcément plus mal dans un certain nombre de cas.

La Suède, après avoir laissé se déprécier considérablement sa monnaie par rapport au dollar, après qu’elle ait retrouvé un chemin de croissance, elle est revenue à une politique monétaire plus sévère.

Nous pouvons comparer la Suède à une voiture HDI. Elle arrive, se porte bien et roule en 5ème. Et puis arrive la crise économique. Face à une forte montée, il faut rétrograder et consommer beaucoup plus d’essence au kilomètre : il a fallu que la Suède rétrograde, en laissant sa monnaie se déprécier de 34% par rapport au dollar, en 3ème, puis en 2ème et en 1ère.
B Évolution du taux de change du dollar (USD) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK)
Évolution du taux de change du dollar (USD) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK) du 1er janvier au 31 décembre 2010

Une fois que la crise a été surmontée, qu’elle a redynamisée ses exportations, et donc le taux de croissance du PIB du pays, progressivement elle a pu repasser en 3ème, puis en 4ème et enfin revenir désormais en 5ème, avec d’ailleurs un taux de change de la couronne suédoise désormais revenu à peu près au même niveau qu’avant la crise, et même un petit peu mieux.

Elle a assuré la reprise économique. Les mots ont du sens : on parle de la reprise économique comme d’un moteur qui a de la reprise.

Le graphique suivant reprend l’évolution du taux de change de l'euro vis-à-vis de la couronne suédoise, depuis la création de l'euro, au cours des douze dernières années, c’est à dire le 1er janvier 1999, lorsque l'euro a été créé sur les marchés financiers et interbancaires, et jusqu’au 27 décembre de l’année dernière (2010).
C Évolution du taux de change de l´euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK) depuis la création de l´euro au cours des 12 DENIERES AANNEES

Évolution du taux de change de l'euro (EUR) vis-à-vis de la couronne suédoise (SEK) depuis la création de l'euro au cours des 12 DERNIÈRES ANNÉES du 1er janvier 1999 au 27 décembre 2010

On remarque une très grande stabilité sur douze ans, aux alentours de 9,2 SEK pour 1 EUR. A la date du 14 septembre 2003, date du rejet de l'euro par référendum, la dépréciation est légère si on la rapporte à l’ensemble des douze années.

Ce qui a été plus notable est ce qu’il s’est passé lors de la crise financière et économique mondiale à partir de 2008. La Suède a géré de façon tout à fait dynamique ce passage de la crise, dans l’intérêt de l’économie suédoise. En particulier sur cette période 2008-2009 la couronne suédoise s’est d’abord dépréciée de 17%, donc une augmentation du taux de change de l'euro par rapport à la couronne suédoise, et ensuite la couronne s’est ré-appréciée de 23% - et donc le taux de change de l'euro a baissé. L'euro a retrouvé un niveau inférieur à ce qu’il était avant le début de la crise.

Au total, du 1er janvier 1999 au 27 décembre 2010, l'euro s’est déprécié de - 5,3% par rapport à la couronne suédoise.

Ces tableaux sont disponibles sur les sites Internet appropriés.
E1 L´économie suédoise est comme une voiture nerveuse dotée d´un moteur Hdi ELLE A DE LA REPRISE

Depuis la création de l'euro :

  • la couronne suédoise a été gérée de façon dynamique dans l’intérêt de l’économie suédoise.
  • En particulier sur la période 2008-2009, la couronne suédoise s’est dépréciée de 17 % par rapport à l'euro puis s’est ré-apprécié de 23 %. L’économie suédoise est comme une voiture nerveuse dotée d’un moteur Hdi : ELLE A « DE LA REPRISE »

L’économie de la zone euro est comme une voiture qui continue à rouler en 5ème devant une forte route de montagne : ELLE CALE.

L'euro EST UNE « BELLE AMÉRICAINE »

En revanche, l’économie de l'euro c’est comme une « belle américaine », une voiture sans aucune reprise, qui continue à rouler en 5ème devant une forte route de montagne : elle cale. Elle ne sait pas rétrograder, n’a pas de politique de change externe. L'euro est un fantasme, celui d’imiter les États-Unis, une « belle américaine », c’est à dire un veau.
E2 L´EURO EST BELLE AMERICAINE

L'EURO EST UN VEAU

F L'EURO EST UN VEAU

LE BILAN DU REJET DE L'euro PAR LA SUÈDE Edit

Depuis que la Suède a refusé de rejoindre l'euro, le taux de croissance de l’économie suédoise a été en moyenne 85 % supérieur à celui du reste de la zone euro, ce qui n’était pas le cas auparavant.

Ce bilan est rendu encore plus impressionnant par le fait :

  1. que l’on bénéficie d’une période d’observation suffisamment longue (12 ANS) pour être certain que ces bons résultats ne relèvent pas d’un miraculeux hasard de conjoncture,
  2. que non seulement le taux de croissance a été nettement supérieur à celui de la zone euro, mais que les performances ont été également très satisfaisants en matière de pouvoir d’achat, d’inflation, d’investissements internationaux, de commerce extérieur et de finances publiques.

LES PROPHÉTIES APOCALYPTIQUES N’ÉTAIENT QUE DES MENSONGES ÉHONTÉS. Edit

H LES PROPHÉTIES APOCALYPTIQUES N´ÉTAIENT QUE DES MENSONGES ÉHONTÉS.
Autant le dire et le reconnaître. Il faut rappeler ici la comparaison des dépenses publiques selon les États en fonction d'un ratio des prélèvements obligatoires sur le PIB. Ce sont des statistiques Eurostat, l’organisme de statistiques officiel de l’Union européenne elle-même.
I

Comparaison du poids des dépenses publiques selon les États Ratio prélèvements obligatoires/PIB (Données officielles Eurostat de 2005)

Les statistiques de 2005 montrent que la Suède est la championne du monde pour le poids des dépenses publiques dans le PIB avec, en 2005, 52,1% du PIB en dépense publique, alors que le France - vous connaissez le discours où on ne cesse de culpabiliser les Français sur le poids des dépenses publiques - était à 45%. Je signale d’ailleurs que la Suède était talonné par le Danemark, 51,2%, qui se porte également bien, et qui est aussi le pays qui a refusé l'euro.

Ce n’est donc pas quelque chose de conjoncturel, mais bien plutôt structurel. Le cas de la Suède - comme celui du Danemark qui a également refusé l'euro - dément totalement la pensée unique contemporaine qui affirme que la croissance ne peut découler que d’une baisse des dépenses publiques et du rôle de l’État dans l’économie.

En bref, le succès économique suédois (mais aussi celui du Danemark ou de la Norvège) et le marasme de la zone euro prouvent la fausseté absolue des politiques publiques conduites en Europe depuis un quart de siècle, fondées sur l’idéologie de la « construction européenne » et « moins d’État », et oublieuses de la pensée économique keynésienne.

Quels enseignements pour la France ? Edit

Modèle suédois

4 juillet 2006 : Ségolène Royal, candidate à l’Élysée, vante à Stockholm le « modèle suédois »

4 juillet 2006 : Ségolène Royal, candidate à l’Élysée, vante à Stockholm le « modèle suédois » Edit

Au moment de la présidentielle de 2007, le 4 juillet 2006, Mme Ségolène Royal, canditate à l’Élysée, à fait le voyage de Stockholm pour venir vanter le « modèle suédois ». Elle a été reçu par le fameux Premier ministre, M. Göran Persson, celui-là même qui avait monopoliser les pouvoirs de l’État pour vendre le Oui aux Suédois, qui avait ensuite sauté sur le brancard de la Ministre des Affaires étrangères pour influencer le Oui et qui , une fois que les Suédois avaient voté Non à 57%, s’est maintenu quand même au pouvoir. C’est ce M. que Mme Royal est allé voir, par « solidarité socialiste », pour essayer de ‘se faire mousser’.

La présidente de Poitou Charente a vanté le « modèle Suédois » devant les caméras - France Inter, RTL, Europe 1, etc.

  • en indiquant qu’elle voulait s’en inspirer si elle était élue à l’Élysée,
  • Elle a cité le dialogue social chez ... Ericsson, dont le directeur général, M. Svanberg, a menacé l’ensemble de la population suédoise de supprimer 15 000 emplois s’is votaient mal ! Voilà quels sont les modèles de Mme Royal.
  • Mme Royal a affirmé que la réussite suédoise venait du très fort taux de syndicalisation, alors que ce
    syndicat, ELO, est un syndicat jaune, c’est à dire qu’il travaille main dans la main avec les syndicats patronaux.
  • Elle a laissé entendre que si elle était élue à l’Élysée elle redresserait la France en forçant les Français à se syndiquer.
  • Pendant son déplacement en Suède, Mme Royal n’a pas dit un mot sur les questions monétaires, comme si elle ne savait pas que la Suède est un pays qui a conservé sa propre monnaie.
M 25 avril 2007 Nicolas Sarkozy, candidat à l’Élysée, va vanter le « modèle suédois » sur TF1

25 avril 2007 : Nicolas Sarkozy, candidat à l’Élysée, va vanter le « modèle suédois » sur TF1

25 avril 2007 : Nicolas Sarkozy, candidat à l’Élysée, va vanter le « modèle suédois » sur TF1 Edit

Le candidat de l’UMP à l’élection présidentielle tira à lui la couverture suédoise.

D’un caractère peu enclin à faire dans la dentelle, el en profita pour faire aussi main basse sur 5 « modèles » : il s’indigna que la France n’ait un taux de chômage aussi bas que celui de la Suède, et que ceux du Danemark, de l’Irlande, de l’Espagne et de la Grande Bretagne.

« Si ces pays peuvent y arriver, pourquoi pas nous ? » ce qui est la rhétorique habituelle de M. Sarkozy : poser des questions plutôt que de proposer un programme précis.

A noter : Parmi les 5 modèles retenus par Nicolas Sarkozy figuraient les 3 États de l’Union européenne ayant rejeté l'euro.

A noter : parmi les cinq modèles retenus par Nicolas Sarkozy figuraient les 3 États de l’Union européenne ayant rejeté l'euro : la Suède, le Danemark et la Grande Bretagne. Quand à l’Irlande, si elle avait un faible taux de chômage à l’époque, c’était grâce aux fonds structurels européens payés par l’Allemagne et les Français. Et l’Espagne également par les reliquats des fonds structurels.

Naturellement M. Sarkozy n’a pas dit un mot à cette occasion sur les questions monétaire et sur l'euro.

Modèle suédois Fillon

23 novembre 2007 : Le premier ministre français vante à Stockholm le modèle suédois

23 novembre 2007 : Le premier ministre français vante à Stockholm le modèle suédois Edit

Mr Sarkozy a été élu ; il a nommé un Premier ministre, M. Fillon.

Le 23 novembre 2007 M. Fillon a fait à son tour le voyage de Stockholm pour y vanter le « modèle suédois ».

Il a été reçu à la Stockholm School of Economics.

Devant l’École des Sciences Économiques de Stockholm, le 23 novembre 2007, François Fillon a réussi un tour de force :

  • il a prononcé un discours-fleuve sur les questions européennes et les situations économiques comparées de la France et de la Suède,
  • il a exalté les réussites suédoises[32], il s’est lamenté des échecs français,
  • il a affirmé qu’un langage de franchise est aujourd’hui une des conditions du rétablissement de la confiance [sic],
  • Dans son discours, il n’a jamais prononcer une seule fois le mot monnaie, le mot euro, le mot couronne
    suédoise, le mot banque centrale, le mot taux d’intérêt et le mot politique monétaire. Il faut quand même le faire : quand on va parler devant l’École des Sciences Économiques, qu’on vient vanter le modèle économique de la Suède et expliquer que l’économie française est une catastrophe, sans jamais avoir évoquer, si peu que ce soit, la question monétaire qui est au coeur du problème.

En 2003, les suédois ont rejeté quoi ? Edit

P J´entends pas... Je ne vois pas... Je dis pas...

Pour Mme Royal, j’entends pas... Pour M. Fillon, je vois pas... Et pour M. Sarkozy, je dis pas...

2010 Edit

La crise de plus en plus manifeste de la monnaie unique européenne amène les Français à s’interroger sur la sortie de l'euro[33]. Edit

L’évolution de l’opinion publique agace, irrite, inquiète les européistes.

M. Marc Cliffe

C’est ainsi qu’apparaît la grande campagne d’intimidation : les Français sont la cible, depuis l’été 2010, d’une campagne d’épouvante par l’hypermédiatisation d’un économiste néerlandais totalement inconnu, M. Marc Cliffe, qui a fait l’objet de pleins d’articles de journaux dans la presse française.

Le 15 Juillet 2010, c’est le magazine Courrier International qui titre :

« Faire éclater la zone euro, ce serait le chaos ».

Avec pour résumé : « Une banque néerlandaise a tenté de quantifier les effets d’un démantèlement de l’Union économique et monétaire. Ses conclusions sont alarmantes[34]. »

Le 23 juillet 2010, le magazine Le Point publie à son tour la même étude de M. Cliffe de la banque ING sous l’intitulé :

« Sortir de l'euro ? Le rapport qui fait peur ».

Avec pour résumé : « l’éclatement de la zone euro aurait un impact très grave sur toute l’économie européenne, selon un rapport réalisé par un économiste de chez ING ».

Le 2 décembre 2010, Le Figaro publie à son tour la même étude de M. Cliffe de la banque ING sous l’intitulé :

« Fin de l'euro, le scénario impensable pour la France ».

Étudions « un cas clinique » de manipulation et de désinformation.

  1. C’EST UNE SEULE ET MÊME ETUDE
  2. C’EST UNE « SIMULATION » QUI REPOSE SUR DES PRÉSUPPOSÉS NON EXPLICITES ET DEUX HYPOTHÈSES :
  • la Grèce sort de la zone euro
  • désintégration de l'euro et retour aux monnaies nationales, il ne s’agit pas d’évaluer la probabilité de ces événements, mais leur impact, par rapport au scénario de référence où l'euro est maintenu au prix d’une austérité fiscale.

En fait :

  • l’auteur conclut prudemment que les conséquences d’une sortie de l'euro sont incertaines,
  • il n’entre pas du tout dans le débat « La sortie de l'euro serait-elle bénéfique à long terme ? »,
  • il se contente de souligner que les coûts seraient – SELON LUI – importants à court terme, en raison du choc que cela représente.
Tout ceci a été repris et remouliné par les médias français.
T Le faux grossier du Figaro du 20 décembre 2010

Le Figaro

Le faux grossier du Figaro du 20 décembre 2010 Edit

« Le choc d’une sortie de l'euro : - 10% baisse du PIB sur 3 ans, 13,8% de chômage, 1,75 € le prix du litre d’essence »

Examinons le ensemble.

Le scénario présente une sortie de l'euro... mais présente le prix de l’essence... en EURO !

Que signifie « le prix du litre d’essence » ?

En décembre 2010, on notait en France :

  • prix du litre de SP98: compris entre 1,39 et 1,49 €
  • prix du litre de SP98 : compris entre 1,36 et 1,45 €
  • prix du litre de Diesel Plus : compris entre 1,26 et 1,35 €
  • prix du litre de Diesel : compris entre 1,18 et 1,27 €

En février 2010, le prix du SP95 était en moyenne de l’ordre de 1,30 €

Ce prix se décomposait en :

  • 0,36 pour le coût de l’essence, prix du brut,
  • 0,02 € pour la marge de raffinage,
  • 0,09 € pour la marge de distribution,
  • 0,61 € pour la TIPP (fixe sur le super),
  • 0,22 € pour la TVA.

Supposons que, par extraordinaire, le taux de change du dollar par rapport au franc grimpe de + 30 % par rapport au taux de change du dollar par rapport à l'euro. (Rappelons que la couronne suédoise a grimpé face à l'euro après le référendum du 14 septembre 2003).

Dans ce cas le prix à la pompe du SP95 serait :

  • 0,468 € pour le coût de l’essence. (= 0,36 x 1,3)
  • 0,026 € pour la marge de raffinage (=0,02 x 1,3)
  • 0,117 € pour la marge de distribution ( = 0,09 x 1,3) = 1,22 € avant la TVA
  • + 0,24 € pour la TVA (1,22 x 0,196 = 0,24)

TOTAL = 1,46 €

Cet exemple montre l’irréalisme du prix de 1,75 € le litre d’essence annoncé en majuscules gras par Le Figaro du 20 décembre 2010.

Pour atteindre un tel prix de 1,75 € à la pompe, il faudrait – toujours en supposant que le prix du baril ne varie pas en dollar – que le taux de change du dollar augmente de 80 % par rapport au franc nouvellement créé.

C’est-à-dire, autre façon de présenter les choses, que le nouveau franc perde presque 45 % de sa valeur par rapport au dollar (45 % exactement) en quelques semaines !

Dans ce cas, en effet, le prix à la pompe du SP95 serait alors :

  • 0,648 €pour le coût de l’essence, (= 0,36 x 1,8)
  • 0,036 € pour la marge de raffinage (=0,02 x A,8)
  • 0,162 € pour la marge de distribution (=0,09 x 1,8)
  • 0,61 € pour la TIPP (fixe sur le super)
  • = 1,456 € avant TVA
  • 0,285 € pour la TVA (1,456 x 0,196 = 0,24)

TOTAL : 1,74 €

Ce que ne dit pas ce prétendu scénario, c’est que pour avoir un prix du litre d’essence à 1,75 €, il faut en fait anticiper que la nouvelle monnaie française perde la moitié de sa valeur par rapport au dollar. Ce serait du sans précédent dans l’histoire mondiale !

Aucun économiste sérieux ne peut imaginer que le franc nouvellement perde près de la moitié de sa valeur en quelques semaines. Les exemples historiques montrent qu’une dépréciation de 20 % à 25 % en quelques mois sont déjà rares.

Mais raisonnons par l’absurde : même en supposant que le franc perde plus de 45% de sa valeur en dollar par rapport à sa contrepartie en euro, les conséquences en seraient faciles à deviner :

  1. le coût des marchandises et des services fabriquées en France deviendraient soudain moitié moins cher pour les étrangers, de même que les biens immobiliers, industriels ou commerciaux.
  2. il s’en suivrait une fantastique compétitivité des produits et des services produits en France, et donc une flambée des exportations,
  3. cela amènerait les entreprises présentes en France à augmenter considérablement leurs productions destinées à l’exportation,
  4. et l’on assisterait au total à un accroissement phénoménal du PNB.

C’est d’ailleurs exactement le scénario qu’a reconnu récemment la Suède.

Les chiffres avancées par Le Figaro sont donc incompatibles. Il prétend que le prix de l’essence pourrait monter à 1,75 € avec une baisse du PIB de 10%. On ne peut pas avoir l’un et l’autre. Ce scénario est impossible car économiquement contradictoire.

En d’autres termes, le scénario présenté par le Figaro est absurde sous quelque angle qu’on l’examine.

D’une part il est exclu qu’une nouvelle monnaie française – changée à parité avec l'euro – perde la moitié de sa valeur en quelques mois.

Non seulement tous les exemples historiques montrent qu’un tel scénario est totalement improbable, mais il n’y aurait en outre aucune raison de fond pour qu’il en soit ainsi. Le changement de monnaie n’influera en rien, ni sur l’attractivité de ses produits, ni sur leur compétitivité.

A fortiori pour les États contributeurs nets à l’Union européenne, comme l’est la France : sa sortie lui procurera une manne financière immédiate[35] qui ne pourra que jouer en faveur d’un surcroît de croissance, tandis que l’on ne voit pas pour quelles raisons les acheteurs étrangers refuseraient d’acheter en francs les mêmes produits français qu’ils achètent en euros, et à un valeur comparable.

D’autre part, et même en supposant que la nouvelle monnaie perde la moitié de sa valeur par rapport à l'euro, cela provoquerait une formidable croissance économique.

Il est donc totalement exclu que l’on puisse avoir à LA FOIS un prix de l’essence à la pompe qui s’envole et un PIB qui s’effondre de 10 %. A trop vouloir faire peur, la propagande européiste perd toute crédibilité et donne dans le grand Guignol.

Alors quoi ? La France pourrait avoir sa propre monnaie ?!? Edit

Laissons de coté toutes ces analyses techniques que je vous ai présenté.

Comment imaginer que la France, qui est la 5è puissance économique du monde, ne pourrait pas avoir sa propre monnaie...

  • comme la Suède a conservé sa couronne ?
  • le Royaume-Uni sa livre sterling ?
  • la Suisse son franc ?
  • (le Vietnam son đồng ?
  • l’Algérie son dinar ?
  • l’Afrique du Sud son rand ?
  • l’Albanie son lek ?
  • l’Île Maurice sa roupie ?
  • Le Bangla Desh son taka ?
  • l’Ukraine son hryvnia ?
  • Singapour son dollar ?
  • le Bhoutan son ngultrum
  • l’Argentine son pesole
  • le Paraguay son guarani
  • la Nouvelle Zélande son dollar
  • le Kirghizistan son som
  • l’Arménie son dram
  • les Samoa leur tala
  • la Papouasie Nouvelle Guinée sa kina
  • le Danemark sa couronne
  • la Swaziland son lilangeni
  • la Corée du sud son won
  • la Mongolie son tugrik
  • la Thaïlande son baht
  • le Venezuela son bolivar
  • etc.
  • etc.

Voilà ce qu’on voudrait vous faire croire : que la France ne soit pas capable d’avoir ce qu’ont 90% de la planète, c’est à dire leurs monnaies nationales.

Donc face à ça : RIEZ AU NEZ DES PROPAGANDISTES DE LA TERREUR !

Ne tombez pas dans leurs panneaux. Riez au nez de M. de Montbrial, de M. Sarkozy, de Mme Royal, de M. Strauss-Kahn et de M. Attali. Ce sont des gens qui vous ont entraîné dans le mur, qui refusent de débattre avec moi, qui refusent de me donner la parole dans les télévisions et les radios parce qu’ils ont peur, parce qu’ils n’ont aucun argument technique sérieux à opposer à mes analyses.

Alors que faire ? Edit

Le Traité de l’Union européenne nous donne la solution. Il comporte un article, qui est l’article 50. Edit

  1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.
  2. L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. A la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait[36], en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 188N, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.
  3. Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.
UPR

SEULE sur toute la scène politique française, l’Union Populaire Républicaine (UPR) propose aux Français de SORTIR UNILATÉRALEMENT DE L’UNION EUROPÉENNE ET DE L'euro par la mise en œuvre de l’article 50 du traité de l’Union européenne.

En conclusion Edit

République Française 1848

Je suis numismate à mes heures perdues. Une de mes médailles préférées a été frappée en France en 1848, lorsque le peuple Français a chassé Louis-Philippe après les journées de Février. Philippe était parti se réfugier en Angleterre, déguisé en dame. A ce moment-là la république française a été restaurée. C’est écrit sur la pièce «République Française 1848». Cette révolution a eu un impact important dans l'europe : ce fût la libération des peuples.

C'est inscrit dans le grand réveil des nationalités - de la même façon que les Français ont voté NON à la constitution Européenne en 2005, 3 jours après les Néerlandais ont voté NON avec 62%. L’exemple des électeurs français avait fait tache d’huile. Ce sont nos ancêtres qui nous disent la marche à suivre. Ils se sont pas mal fichus d’être seuls à chasser le roi. Les gens qui me disent qu'on ne peut pas sortir de l’UE sans les Grecs, les Italiens, les Portugais, etc., le 13 Juillet 1789 tout le monde serait resté chez soi, parce que s’il avait fallu attendre les accords des pays du Saint-Siège, des États de l’Église, du duché de Wurtemberg, des Prussiens, de l’Angleterre, de l’Espagne etc etc jamais on aurait pris la Bastille.

Il y a un moment à partir duquel les Français - le peuple libre - prend son destin en main. C'est ce qui est écrit sur le revers de cette médaille : « La France donne l’exemple aux Nations ».

Notre vocation est de donner l’exemple aux Nations, pour se libérer de toute hégémonie.

  1. C’est exactement le contraire qui se passe depuis 11 ans
  2. La zone euro est la zone du monde qui connaît la plus faible croissance depuis maintenant 11 ans
  3. Depuis 11 ans le pouvoir d’achat des Français a régressé et, actuellement, il régresse de plus en plus. Il y a une flambée d’inflation et une baisse de pouvoir d’achat.
  4. La crise survenue en Grèce par exemple montre que la gestion des finances publiques n’était pas du tout à la hauteur de ce que l’on espérait. Pareil pour l’Espagne, l’Italie, le Portugal, mais aussi d’ailleurs la France.
  5. Nous sommes en 2011 et jamais le déficit public n’a été aussi important.
  6. Le chômage fait des ravages en France, les statistiques sont largement truquées
  7. Comme je l’explique dans la conférence sur les monnaies plurinationales, les monnaies supra-nationales ont d’abord un objectif politique, un objectif d’impérialisme et de colonialisme.
  8. Pour faire peur, pour intimider. Le grand public n’est pas expert en matière monétaire
  9. Les européistes détestent les débats de fond. Personnellement, je ne demande qu’une seule chose, c’est celle de pouvoir être confronté à Mr Jacques Attali dans un débat télévisé, sur TF1 par exemple, ce qui n’aura probablement jamais lieu. Les européistes préfèrent les slogans.
  10. Comme je l’explique dans une autre conférence, toutes les monnaies pluri-nationales ont toujours explosé, et donc que c’est toujours un choix parfaitement réversible.
  11. En février 2007 il y a 17 États membres de la zone euro.
  12. Ce qui revient à se poser la question de comment régler l’arrivée d’un choc asymétrique au sein de la zone euro ?
  13. C’est intéressant de voir le prix Nobel d’économie en 2002 expliquer exactement ce que nous vivons aujourd’hui
  14. Il est entré en vigueur dans les échanges inter-bancaires et sur les marchés financiers au 1er janvier 1999. Et il est entré en vigueur sous forme fiduciaire, c’est à dire sous forme de pièces et de billets, le 1er janvier 2002.
  15. Depuis 12 ans, même 19 ans depuis le traité de Maastricht, on a désormais suffisamment le recul du temps pour demander des comptes et un bilan.
  16. Parce que ce sont des sujets qui sont techniques, parce qu’on donne la parole dans les médias toujours aux mêmes personnes.
  17. Qui sont là à donner des leçons de morales à la planète entière, et à trouver que les élections ne sont pas bien organisées au Vénézuela, en Iran, en Russie, etc. Aucun de ces organismes ne s’est ému d’un déséquilibre aussi révoltant dans un des pays membres de l’Union européenne.
  18. Cadres moyens et cadres supérieurs d’entreprises. C’est l’équivalent des magazines L’expansion ou Challenge, en France
  19. Sous-entendu : il n’y a que 3 brontosaures parmi les grands patrons suédois
  20. Qui est un peu l’équivalent du journal Les Échos
  21. La Suède est un pays où les gens sont très syndiqués. Il y a environ 9 millions d’habitants en Suède. Elle est six fois moins peuplée que la France. 2 millions d’adhérents, c’est comme si en France, proportionnellement, il y avait 12 millions d’adhérents.
  22. Qui représente à lui seul près de 10 % du PIB Suédois
  23. Supprimer 15 000 emplois dans un pays de 9 millions d’habitants, c’est comme si un grand patron français menaçait de supprimer environ six fois plus, c’est à dire 90 à 100 000 emplois en France.
  24. C’était un discours quasiment marxiste
  25. Sous-entendu la grande ploutocratie internationale ; c’est un clin d’oeil à l’extrême droite
  26. C’est extraordinaire puisqu’il appeler à voter Oui comme appeler à voter Oui 15 jours avant le patron de la plus grande entreprise suédoise, qui était justement le représentant par excellence du grand Capital.
  27. Dépêche Agence France Presse du 2 septembre 2003
  28. Tous les votes concernent des instincts. Si l’on condamne le principe d’un référendum, il faut condamner le principe même du suffrage universel. On voit une dérive sur tout le continent où l’idée même de demander aux gens leurs opinions révulsent les européistes.
  29. Non pas, comme le disent souvent les critiques, par bêtises ou pour voter contre le gouvernement. Ce n’est pas vrai. C’est au contraire après mûre réflexion. C’est comme en France. Les 55 % de Français qui ont voté Non à la Constitution européenne l’ont fait après s’être beaucoup documenté. Et après, il y a eu toute une propagande en France qui a voulu faire croire que les Français avaient voté comme des écervelés, ou pour sanctionner Jacques Chirac. Ce n’est pas vrai. Une très grande majorité de Français avait beaucoup réfléchi avant de voter Non à la Constitution européenne.
  30. Ils avaient raison. La BCE prend des décisions de façon anti-démocratique.
  31. Ils avaient raison, et on le constate en 2011 où l’on voit de plus en plus que la France est entrain d’être soumise à une politique économique, sociale, monétaire, fiscale dictée par la BCE, et en réalité par les instructions venues de Washington et de Berlin.
  32. Naturellement il s’est lamenté des échecs Français. C’est un des sports favoris des dirigeants Français, de quelques bords qu’ils soient, et de parcourir la planète pour expliquer que nous sommes nuls de chez nul.. C’est devenu une sorte d’exercice obligé
  33. En Grèce, au Portugal, en Irlande, crise latente en Espagne, en Italie. Cela amène aussi quelques démagogue comme Mme Le Pen à sortir de l'euro, alors que le Front National aux élections européenne de juin 2009 ne proposait absolument pas de sortir de l'euro. L’UPR s’est crée le 25 mars 2007, il y a 4 ans, justement pour sortir de l'euro et de l’Union Européenne. L’UPR, à la différence de tous les autres partis politiques, nous disons, écrivons, analysons toujours les mêmes choses depuis notre création.
  34. Notez qu’il n’y a aucun raisonnement dans ce passage.
  35. D’au moins 7 à 10 milliards d'euros, dont l’UPR prévoit d’utiliser l’essentiel de cet argent à relancer un grand plan de logements sociaux, ce qui est très vertueux d’un point de vue économique, car c’est un mode de relance de la croissance qui est très riche en emploi et qui est peu consommateur en général en importation.
  36. Il a deux ans pour cela. Et si au bout de deux ans cela traîne, et bien il sort quand même. Il n’y aurait aucun problème, contrairement à ce que certains nous opposent. La première chose que fera la France est d’arrêter de verser de l’argent à l’Union européenne, ce qui facilitera les négociations. Cela suscitera un énorme enthousiasme dans les autres pays d'europe, parce que beaucoup de pays d'europe n’attendent qu’une seule chose : que les Français leur donnent la marche à suivre.

Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.